Histoire de la ville

Dans les noirceurs du moyen-âge…

Il y a très peu d’informations concernant le passé de l’occupation des terres du « Regnitzlandes », lieu où se trouve la ville de Hof.

Le chroniqueur de la ville, Enoch Widmann, raconte que l’église Saint-Laurent aurait été construite en 1080.

La première mention officielle d’une organisation ecclésiastique à Hof se trouve dans le testament de Pleban Albert de 1214.

Dans les années 1180, le village « Altstadt » (vielle-ville) fût construit à l’emplacement même où se trouve la zone piétonne aujourd’hui. En 1230 environ, la famille noble des Andechs-Meranier fait construire la « Neustadt » (nouvelle ville) et celle-ci existe depuis 1319.

Quand la lignée des Andechs-Meranier s’éteint avec Otto II en 1248, les Baillis de Weidaer de la région de Hof deviennent les successeurs. 

En 1260, une muraille fût construite autour de la ville et en 1264, un hôpital fût inauguré.

Hofer Schloß

Sous la direction des Baillis de Weidaer, la ville voit la première mention officielle d’un château en 1276, d’un cloître des clarisses en 1291 et d’un cloître des franciscains en 1292. En 1299, la ville se voit malheureusement faire face à un incendie. En 1288, les paysans sont appelés de toute la région pour rejoindre Hof.

Pendant que les baillis essayent d‘être à la tête de la région de Regnitzland, les Burgraves de Nuremberg de la maison des « Hohenzollern » font valoir le droit du sang afin d’être en possession de la ville de Hof.

Après que le Regnitzland fût donné à la maison de Hohenzollern, les baillis de Weidaer doivent céder leurs droits à la maison de Hohenzollern.

En 1373, les baillis de Weidaer se retirent définitivement de la ville de Hof et en vendent les droits à la maison de Hohenzollern.

Le lion der Weidaer, sur le blason de la ville, et le nom de la région « Vogtland » (Région des baillis) rappellent de l’époque entre 1248 et 1373.

Quelques années après le début du contrôle de la ville par la maison Hohenzollern, la ville fût détruite à la suite de l’attaque des Hussites. En 1440, le burgrave Johann fait importer du textile et participe ainsi au fondement de l’économie de la ville de Hof, qui deviendra un acteur important de l’industrie du textile avec le coton.

En 1465, l’autel de Hof fût exposé à l’église Michaeliskirche et est conservé aujourd’hui à l’ancienne Pinacothèque ("Alte Pinakothek") à Munich. En 1498, la tour de garde fût construite. Le deuxième incendie de Hof se passe en 1507 et le troisième en 1517.

En 1529, le seigneur de Hof décide de suivre la réforme de Martin Luther.

En 1553, les Hofois doivent défendre leur ville, qui s’est retrouvée assiégée sept semaines pendant la guerre des Margraves. Ces années furent difficiles et les Hofois ont fini par capituler.

Dans l’article 1 du Traité de Capitulation, il est mentionné que les Hofois peuvent garder leur confession protestante.

Quelques années après le siège, on voit arriver à Hof la première machine à écrire et Enoch Widmann commence à écrire ses chroniques.

Le 17ème siècle commence dans la paix pour les habitants de Hof, cependant le 4ème incendie fait rage en 1625 et transforme une grosse partie de la ville en cendre. Juste après, c’est la Guerre de Trente ans qui commence.

En 1630, Gustav Adolf part de la Suède pour rejoindre l’Allemagne et les Hohenzollern ne peuvent plus rester neutre dans ce conflit. En 1632, le Général von Holk de la maison des Wallenstein montre avec brutalité aux Hofois sa façon de mener la guerre.

La même année, l’armée de Wallenstein défile à travers Hof.

Onze ans après la fin de la guerre, la ville a réussi à retrouver son calme et entre 1659 et 1662, les Hofois reconstruisent l’Hôtel de ville, qui avait été brûlé.

En 1683, la ville de Hof voit arriver son premier bureau de poste.

Au siècle suivant, en 1722 et en 1743, la ville doit refaire face à deux incendies. En 1743, l’incendie emportera avec lui le château de Hof.

A la fin du 18ème siècle, le premier journal Hofois fait son apparition, le « Höfer Intelligenzblatt » et les premières lumières viennent illuminer les rues.

Enfin, dans les années 1791/1792, Hof est incorporé au Royaume de Prusse. Ce règne ne durera pas longtemps car en 1806, la ville se retrouve sous administration Française par les troupes de Napoléon.

En 1807, les Traités de Tilsit font de la Principauté de Brandenburg-Bayreuth une province française. Ainsi, une partie de Hof devient française.

En 1810, 34.000 soldats du Royaume de Bavière participe à la Campagne de Russie (campagne militaire menée par l’empereur Napoléon Ier) et Hof rejoint ainsi le Royaume de Bavière.

L’entrée dans l’ère industrielle commence en 1848 avec l’ouverture de la première ligne de chemin de fer. La croissance de la ville et l’amélioration de son accessibilité, grâce à la construction de nouvelles lignes, rendent nécessaire la mise en service d’une nouvelle gare. Dans le même temps, de nouveaux quartiers voient le jour et la population de Hof se voit multipliée par cinq entre 1850 et 1900.

La première guerre mondiale, l’inflation et la crise économique font plus que ralentir le succès de l’industrie textile à Hof. Après l’arrivée au pouvoir des nationaux-socialistes, Hof se transforme en ville de garnison. De plus, avec l’annexion de l’Autriche et de la région des Sudètes, Hof se retrouve au centre de l’Allemagne. 

La seconde guerre mondiale fait disparaître les espoirs de la ville de Hof. En 1943, toutes les entreprises considérées comme « non utiles pour la guerre » sont fermées. Le 14 février, la ville subit une première attaque aérienne sur le quartier « Fabrikvorstadt » et le 8 avril, une seconde sur le quartier de la gare. 

Ces attaques aériennes ont causé la mort de 280 civils, la destruction de plus de 100 maisons et 150 personnes ont été blessé plus ou moins grièvement. Le 15 avril 1945, Hof est occupée par les Américains.

Les premières années d’après-guerre sont difficiles. Un camp de réfugiés est installé dans la ville de Moschendorf et accueille environ 600.000 réfugiés et expatriés.

La délimitation de certaines zones en Allemagne amène Hof à se séparer de son arrière-pays. La ville au centre de l’Allemagne se retrouve à la périphérie du rideau de fer. 

Après les événements de novembre 1989, la situation de Hof se transforme en bien. La ville se retrouve entre les anciens Land et les nouveaux Land et l’espoir renaît. De plus, avec l’agrandissement de l’Europe vers l’Est, Hof n’est plus qu’au centre de l’Allemagne mais aussi de l’Europe.

Contact

Archives de la ville:
Stadtarchiv
Unteres Tor 9
95028 Hof

Telefon   +49 (0)9281 815 1620 oder 1621
Telefax  +49 (0)9281 815 1629
  archiv@stadt-hof.de 
Icon Internet  www.hof.de

Horaires

Lun/Jeu  14h - 16h
Mar/Mer/Jeu/Ven     8h - 11.45h

Découvrir: Lac Untreusee